Un nouveau blogue, une nouvelle adresse

À tous ceux et celles qui suivent ce blogue,

Un petit mot pour vous dire que mon blogue est maintenant à cette adresse:

ecolevirtuelle.org

J’ai transféré les principaux articles mais malheureusement, les commentaires n’ont pas suivi. Vous pourrez continuer à vous référer à cette adresse pour le commentaires.

Je vous remercie de vous réabonner à ce nouveau blogue!

J’espère continuer à échanger avec vous sur les principaux sujets d’actualité qui nous tiennent à coeur!

Merci de me suivre!

Au plaisir

Pierre

Advertisements

Wikipédia: une discussion entre deux de mes anciens élèves sur Facebook! Magnifique!

Mots-clés

, , ,

J’ai vu passer quelques commentaires concernant Wikipédia sur mon fil de nouvelles Facebook.

Je regarde, un peu curieux, et je m’aperçois que deux de mes anciens élèves discutent et argumentent sur l’utilisation de Wikipédia pour des travaux en classe.

Laissez-moi vous copier-coller leur discussion ici.

En passant, étant ados, il y avait quelques commentaires disons… inadéquats 🙂 Je leur ai donc demandé de me faire un condensé de leur discussion. Aussitôt dit, aussitôt fait! Wow! Ils sont efficaces ces ados! 🙂 De plus, je n’ai pas corrigé les fautes… en fait, il y en a très peu! Ha oui! C’est vrai! Ils ne savent pas écrire ces jeunes!

Merci à Samira et Jérémie!

Jérémie : Qu’est ce qui a de drôle ?

Samira : Wikipédia n’est pas une bonne source, à part si votre prof vous laisse..

Jérémie : Pourquoi c’est pas une bonne source ?

Samira : Les articles sont toujours modifié et parfois même faux!

Jérémie : Tu ne sais pas vraiment comment wiki fonctionne enh ? Tu sais que wikipédia est un des sites les plus visités du monde ? Il y a tellement de gens qui passe sur chaque page chaque jour qu’il est rare qu’on tombe vraiment sur une fausseté. Après c’est à toi d’être plus intelligente que Wiki et de remarquer quand il y a des fautes, c’est souvent un signe de vandalisme. Si le texte est écrit tout croche, c’est juste un noob qui pense qu’il sait tout et qui croit être capable de l’expliquer correctement. Quant à moi, je pense que Wikipédia est l’innovation la plus utile de notre temps et qu’il faut lire la page de wiki sur Wikipedia avant de parler la prochaine fois.

Samira : Je sais c’est quoi, mais n’importe qui peux écrire sur le site, peux changer certaines informations, à tout moment ! Et depuis le primaire, les profs nous déconseillent Wikipédia !

Jérémie : Les profs ne connaissent pas Wikipedia voyons

Samira : Si, « mes profs » nous disent de pas utiliser Wikipédia, dès le début du secondaire. Bref, je ne pense pas que « tes profs » connaissent Wikipédia !

Jérémie : Wikipedia fait le travail pour toi, les auteurs vont chercher les informations ailleurs et les reformules dans un style encyclopédique. Tu peux même allez suivre les liens de références pour voir d’où provient telle information… Les modérateurs et les administrateurs de chaque portail sont la pour corriger les fautes, et indiquer si par exemple, un passage nécessite une référence…

Jérémie : Après, encore une fois, tu ne peux pas prendre de belle photo avec une caméra si tu ne sais comment bien t’en servir. C’est la même chose pour Wikipedia.

Samira : Donc si tout ce que tu dis est vrai, pourquoi les profs le disent pas ?

Jérémie : Parce qu’ils ne le savent pas.

Jérémie : La plus part des profs ont comme peur des nouvelles technologies

Jérémie : L’école est quand même la seule raison pour laquelle on gaspille encore autant de papier chaque année.

Samira : Dans mon école s’est virage virtuel ! Mes profs ont tous un ordi ou bien un iPad, même chose pour les élèves ! Mais on utilise encore du papier !

Jérémie : Mais tu pense vraiment que tes profs connaissent assez Wikipédia pour savoir qu’il y a des modérateurs, sur chaque portail de Wikipedia qui corrige et qui indique si une information est susceptible d’être fausse ?

Samira : Oui, en quelques sortes , mais comme je te l’ai dit Wikipédia est déconseiller !

Jérémie : Au lieu de nous l’interdire, ils devraient apprendre à tout le monde comment l’utiliser correctement. Comment garder la bonne distance entre méfiance et confiance.

Fin de la discussion!

Et vous, enseignants, est-ce que vous permettez l’utilisation de Wikipedia pour des travaux? Et que pouvons-nous répondre à ces jeunes qui sont pris entre ce que leurs profs leur disent et ce que d’autres font?

Après avoir écrit ceci sur Twitter:

Capture d’écran 2013-09-26 à 23.28.03

Alexandre Gagné a répondu:

Capture d’écran 2013-09-26 à 23.30.31

Alors! On recommande? On interdit?

À vous la parole!

Être enseignant c’est …

Mots-clés

, , , ,

Voici une belle discussion que j’ai eue sur Facebook un dimanche soir!

 

Être enseignant, ce n’est pas juste être en congé tous les fériés et l’été ou avoir une grosse paye et trouver le moyen de chialer. Être enseignant, c’est un peu être parent, c’est éduquer, quelques fois élever, réprimander aussi, c’est planifier, évaluer, corriger… Être enseignant, c’est être, croire, espérer, aimer. C’est faire continuellement preuve de créativité et d’imagination (même la nuit!), c’est vouloir le meilleur pour nos élèves, étudiants, c’est partager et transmettre des connaissances, c’est guider, encourager (et quelques fois être découragé!), c’est grandir et faire grandir, c’est changer les choses, transformer et en marquer certains. Être enseignant, c’est faire la différence, c’est ouvrir à la différence, c’est éveiller, c’est faire en sorte que chacun qui passe dans notre classe puisse trouver sa place. C’est donner sans compter, c’est faire rêver et c’est tellement plus encore…. Alors après un bon et long congé bien mérité je souhaite, à mes amis et collègues passionnés qui exercent l’une des plus belles professions au monde, une excellente rentrée scolaire et une nouvelle année remplie de belles choses! Bon retour à l’école!

Quelques commentaires après cette publication:

Comme c’est bien dit! Bonne rentrée à toi aussi!
 
je seconde; vraiment bien dit! Bonne rentrée!

Martine Gagnon 

Toute une mission pour un(e) enseignant(e)! Mais quand on vit une passion, on ne voit pas tout ce qu’on fait, tout ce qu’on réalise… Bonne rentrée à tous et à toutes:)

Voici ma première réponse:

Pierre Gagnon 

Moi, la seule chose que je changerais c’est : « après un bon et long congé bien mérité… » ! Tout le monde mérite des vacances! C’est manquer d’empathie que de dire que l’on mérite des vacances plus que les autres. Il y en a qui en arrache et qui travaille beaucoup plus, en nombre d’heures de nous! Ce n’est pas avec ce genre de phrase que l’on valorise notre profession! Désolé de « péter » la balloune mais bon… pour le reste, je signe! Bonne rentrée à tous!

Première réplique

Christina Caouette 

C’était dans le sens qu’il y a de ces gens justement qui n’ont pas assez de congés qui trouvent que NOUS en avons trop! Personne ici ne se plaint et notre situation et il n’est écrit nul part que nous méritons plus de vacances que les autres! Vous avez droit à votre opinion! Bonne rentrée mon cher! 

Pierre Gagnon 

Je sais que textuellement, il n’est pas écrit que nous méritons nos vacances plus que les autres. Cependant, le fait de dire qu’elles sont bien méritées implique qu’il faut le dire pour être à l’aise avec la longueur de ces vacances. 

Lorsque des gens me parlent de mes vacances, je leur dis que s’ils veulent mes vacances, ils doivent aussi prendre le travail qui vient avec! D’habitude, ça se termine là!  Mais j’ai bien dit que c’est le seul tit bout que je changerais… ! 

Christina Caouette 

C’est bien parfait monsieur Gagnon! Je comprends ce que vous voulez dire et c’est d’ailleurs la « job » qui vient avec que je voulais mettre en lumière! Nous avons une merveilleuse profession et nous sommes relativement chanceux d’avoir les conditions que nous avons! J’ai écrit ce texte avec une entière gratitude à l’égard de cette profession! Mais je sais que certains mériteraient amplement le droit à plus de vacances!

Mon ajout

Pierre Gagnon 

Voici ce que j’ajouterais: 

Être enseignant c’est aussi de se mettre à jour dans les nouvelles façons de faire, d’enseigner, de guider! C’est d’être ouvert aux changements car nous savons qu’il n’y a que le changement qui est permanent! 

Être enseignant, c’est essayer, se tromper, s’assumer, se relever et recommencer! C’est agir en modèle pour nos élèves! L’enseignant est le premier à dire à ses élèves: »N »ayez pas peur de poser vos questions, il n’y a pas de questions niaiseuses. » mais les enseignants sont les premiers à être gênés d’en poser sur les réseaux sociaux. Dès qu’un enfant arrive et commence sa phrase en disant: « Je m’excuse mais, ma question est peut-être niaiseuse là… » les enseignants sont les premiers à intervenir et dire: « STOP »! Malheureusement, trop d’entre nous commence leur question, ici, de la même façon! 

Être enseignant, c’est être fier de ce que l’on fait! C’est de s’assumer en toute circonstance! C’est de montrer, dès la première rencontre de parents combien nous sommes compétents et que nous sommes les meilleures personnes que leurs enfants ne puissent avoir! 

Être enseignant, c’est aussi de respecter ses limites. C’est de ne pas mettre la barre trop haute tout en refusant le nivellement vers le bas. 

Être enseignant c’est montrer l’exemple en se trompant, en acceptant de s’être trompé, en demandant de l’aide au besoin et de recommencer!

Être enseignant, c’est de ne jamais demander à ses élèves ce que nous ne serions pas prêts à faire.

Être enseignant, c’est le plus beau métier du monde tant que ce métier est fait par des professionnels qui agissent en professionnels.

Voilà! Bonne rentrée scolaire à tous! 

 Et la suite…

Martine Gagnon 

J’ai aimé le texte de Christina Caouette dans son ensemble, et contrairement à Pierre Gagnon, je crois qu’on a tous les droits de l’écrire… Oui, nos vacances estivales sont méritées et elles sont plus longues que la moyenne des gens. Mais cessons donc de comparer ce que nous avons de bon à d’autres métiers qui n’en ont pas autant! Arrêtons d’être « gêné » ou « mal à l’aise » face à ces avantages… Plusieurs parents me le disent à quel point nous les méritons ces longues vacances, qu’eux ne se verraient pas à journée longue avec autant d’enfants: alors profitons-en, on ne les vole pas puisque de toutes façons, elles sont prévues d’avance (donc pas le choix de les prendre à ces moments et d’en payer le gros prix…);) Plusieurs voudraient nos vacances mais très peu voudraient faire le boulot qui va avec… 

Très beau … et vrai. Je le partage également pour d’autres collègues et amis qui ne sont pas abonnés à cette page. Martine Gagnon, très bien complété. Je dis souvent que je ne fais pas ce métier-là pour les vacances, mais que si on me les enlevait, j’y repenserais à deux fois. On travaille fort toute l’année et on a besoin de ce temps pour recharger nos batteries et retrouver notre motivation pour les 10 mois suivants. Bonne rentrée à tous !!! Pour ma part, les élèves arrivent mercredi, mais je sais que pour plusieurs, c’est mardi et même demain. Amusez-vous ! 
 
Martine Gagnon Je ne suis pas mal à l’aise et gêné d’avoir des vacances! Et comme tu dis, si je pouvais, j’en prendrais pas autant mais… pas le choix! Ceci dit, je n’ai pas dit non plus qu’on ne pouvait pas l’écrire! Je voulais seulement dire que tout le monde mérite des vacances. Le comptable, le médecin, l’éboueur, le garagiste et tout les autres qui se lèvent le matin (ou la nuit) pour aller travailler! Voyez le commentaire de Geneviève Tétreault qui se sent obligée de dire « on travaille fort toute l’année »! Comme si les autres (qui ne sont pas enseignants) ne travaillent pas fort! C’est seulement ça qui me chicote! Mais bon! Tant que la discussion se fait dans le respect! 
 
Bonne rentrée à tous! Je suis fière de cette profession et d’en faire partie.
 

Et pour vous? Qu’est-ce qu’être enseignant?

Bonne rentrée scolaire à tous!

 

Atelier « Territoire des mots » dans le cadre de la fête de la St-Jean le 24 juin!

Mots-clés

, , , ,

Le 24 juin 2013 de 13h00 à 15h30, nous (deux collègues, quelques élèves et moi) animerons un atelier d’écriture (au coin de Sherbrooke et Davidson).

Le thème de la fête cette année: « Le Québec en nous, d’hier à demain! »

Lors de cet atelier, nous demanderons aux gens de venir écrire, sur des vêtements de mousse) leurs mots, vers, phrases et petits textes. Ensuite, vers 16h00, vous serez invités à faire le défilé avec nous jusqu’au parc Maisonneuve où aura lieu le spectacle en soirée!

On écrit quoi? Beaucoup d’options

– ce que le Québec vous inspire

– des vers, des mots, des phrases, etc que des artistes québécois ont déjà écrits ou dits et qui vous ont touché plus particulièrement

-etc.

En fait, vous serez libre d’écrire, dans le respect de la langue évidemment et dans le respect (dans le sens large du mot), ce qu’est le Québec pour vous. Et, bien sûr, comme le rêve est permis 🙂 ce que vous souhaitez comme Québec pour nos enfants.

Nous vous attendons en grand nombre. Il y aura aussi d’autres ateliers. Pour plus d’info sur le déroulement et l’endroit, c’est ici.

Vous pouvez aussi participer via Twitter en utilisant le mot-clic #fntdm2013 (fête nationale territoire des mots 2013)

Besoin d’aide pour notre nouvelle école!

Mots-clés

, ,

Comme vous le savez peut-être, notre école (St-Gérard à Montréal) sera « reconstruite » ou au « pire » rénovée! (Pour lire les articles qui ont été écrit à ce sujet, je vous invite à aller sur le site du Regroupement de l’école St-Gérard dans la section « Média » Tout y est!)

Pour me faire une tête (car je suis sur différents comités concernant cette reconstruction), j’ai besoin de vous et de la force des réseaux sociaux. En fait, je cherche tous les sites qui parlent de reconstruction d’école avec les nouvelles tendances (vertes, énergétiques, etc. etc.) ainsi que les nouveaux procédés, les nouveaux matériaux à utiliser, etc.

J’ai créé ce petit document où vous pourrez y mettre vos trouvailles. Si vous avez de la difficulté avec ce document (Googledrive) vous pouvez toujours mettre vos liens en commentaires.

Merci de votre collaboration et j’ai bien hâte de vous montrer des photos de notre nouvelle école! 🙂

Mes propos à la tribune téléphonique de Tout le monde en parle… et bien plus !

Mots-clés

,

Dimanche dernier (7 avril 2013) à Tout le monde en parle, Guy A. Lepage recevait un des deux nouveaux Dragons de l’émission Dans l’oeil du dragon. La tribune téléphonique à la radio de Radio-Canada qui suit l’émission télé, s’inspirait de la visite d’Alexandre Taillefer pour son sujet du jour: Est-ce que les Québécois ont toujours (ou ont déjà eu) la fibre entrepreneuriale?

Pour l’occasion, l’animatrice Isabelle Craig recevait Pierre Duhamel qui signait cette semaine d’ailleurs, un article dans l’Actualité concernant le retour de nos Dragons.

Le sujet est fort intéressant et heureusement, on commence à parler de plus en plus d’entrepreneuriat au Québec. Il était temps ma foi!

J’ai donc décidé, à brûle pour point, d’appeler et de faire mon petit commentaire. Il est à noter que j’ai déjà eu une business à Rimouski de 1999 à 2002 avant de revenir à ma passion, l’enseignement. Il est aussi important de dire que la business me manque énormément et que je compte bientôt me “relancer”.

Voici donc mes propos:

1. Lorsque l’on a une idée de business, il faut en parler aux bonnes personnes:

Lorsque l’on a une idée, lorsque nous sommes convaincus qu’elle est bonne et qu’elle révolutionnera un domaine en particulier, lorsque la fibre entrepreneuriale nous titille, nous avons tous le réflexe d’en parler à nos proches. Ces personnes près de nous, qui, selon leurs dires, nous aiment et sont prêts à tout faire pour nous aider, à croire en nous et à nous soutenir dans nos “projets”, sont malheureusement les premiers à nous décourager (croyez-en mon expérience).

La plupart des gens ont de la difficulté à sortir de leur zone de confort! Ils ne veulent pas prendre de risque et c’est bien correct! Mais est-ce possible d’arrêter d’éteindre cette flamme, cette étincelle que l’on voit dans les yeux de quelqu’un qui parle de son projet?

Il y a quelques jours, j’étais dans un café et une jeune fille, peut-être au début de sa vie cégepienne, disait à son copain qu’elle voulait révolutionner le monde des pharmacies. Elle veut, pour employer ses termes: “déloger Jean Coutu!” Méchant défi! Méchant BEAU défi!

Et là attention! Son copain de répondre: “Oufff! C’est vraiment beaucoup de travail là! Il faut que tu engages des employés! Tu vas avoir une grosse dette.” Misère! Tranquillement pas vite, au fur et à mesure que son copain collait quelques “arguments”, je voyais une certaine déception dans les yeux de la future pharmacienne.

Un moment donné, le garçon se lève (comme la vie fait parfois bien les choses) pour aller acheter quelque chose et j’en profite alors pour parler à la jeune fille.

“Ne laisse jamais quelqu’un qui n’a pas les mêmes ambitions ou les mêmes projets que toi, te décourager. Fonce! Défonce des portes! Va le chercher Jean Coutu! Mais s’il te plaît, arrête de parler de tes projets à des gens qui ne se partiront jamais en affaire et n’ont tout simplement pas le goût de le faire. Je t’encourage! Des gens comme toi, il en faut. Trouve les personnes pour t’aider! Trouve toi un mentor qui te guidera dans ton projet. Mais ne laisse jamais personne te faire croire que tu ne pourras réaliser ton projet. JAMAIS!”

Après cet élan d’encouragement entrepreneurial, son sourire était revenu et je crois que j’ai fait une petite différence.

Donc! Premier conseil: en parler aux personnes qui sont déjà en business ou qui aspirent à l’être.

2. Mais à qui en parler alors?

Comme il ne faut pas trop parler de nos projets à des gens qui n’ont pas cette passion pour la business, il faut cependant en parler avec ceux qui l’ont! Vous êtes jeune et vous voulez avoir votre compagnie, parlez avec des gens qui en ont une! Parlez avec des gens qui ont réussit en affaire mais aussi à ceux qui ont eu de la difficulté! Trouvez vous un ou des mentors. Ils vous guideront, vous encourageront et seront honnêtes avec vous!

Il ne faut pas se le cacher, avoir son entreprise n’est pas de tout repos! Les patrons arrivent avant les employés et partent après! Il faut être créatif! Être meilleur! Il faut trouver des moyens de rendre les employés heureux tout en répondant aux besoins changeants des clients. Non! On ne s’en sort pas! Mais c’est tellement passionnant!

À la tribune téléphonique, j’ai dû arrêter ici! Comme le temps d’antenne pour chaque intervenant est limité, j’ai donc conclu mon intervention.

Mais laissez-moi ajouter quelques autres points pas moins importants.

3. En tant qu’entrepreneur, il faut toucher à tout mais pas au détriment de sa passion.

Prenons l’exemple d’un artiste comme Joseph-Armand Bombardier! Oui! Oui! C’est un artiste! Lorsque l’on regarde ce qu’il a fait, moi, j’appelle ça, un artiste. En regardant le petit film qui a été fait sur lui, j’ai découvert qu’il adorait ce qu’il faisait! C’est un entrepreneur mais c’est surtout un artiste, un créateur. L’endroit où il était le mieux, c’est… dans son garage.

Où est-ce que je veux en venir? La plupart des gens qui se partent en affaire veulent tout faire (créateur, comptable, avocat, etc.) Mais vient assez vite le temps où l’on doit laisser les experts faire leur travail. Je pense sincèrement qu’un entrepreneur doit comprendre les chiffres qui apparaissent à chaque année sur le rapport financier. L’entrepreneur doit connaître les coûts de production, les normes du travail, les honoraires du plombier et de l’électricien (entre autre), être à l’affût des découvertes technologiques, etc.

Mais un moment donné, s’il se détourne de sa passion, s’il prend trop de temps à compter, à faire ce qu’il aime moins, il perdra le goût du travail et fermera boutique. En d’autres termes, il ne s’amuse plus! C’est aussi ce qu’on appelle, la désillusion! Et c’est à ce moment, que les fameux “amis” reviennent et disent: “Tiens! Je te l’avais dit hein!”

Faire confiance!

Oui il y a des gens malhonnêtes mais il y a aussi des gens qui ont à coeur leur travail et qui le font bien! Il faut, des fois (lire ici la plupart du temps), faire confiance! Il y a aussi beaucoup de programmes qui peuvent aider les nouveaux entrepreneurs. Utilisez-les!

4. Est-ce qu’on peut s’assumer svp?

Ici, je m’adresse directement aux employés. Assumez-vous!

Je m’explique.

Il y a des ces gens qui aiment le 8 à 5. Ils aiment retrouver leur poste de travail comme ils l’ont laissé la veille. Ils ne répondront pas au téléphone la nuit parce que l’alarme de feu vient de partir. Et c’est bien correct!

Mais ce que je vous demande ici, c’est de vous assumez. Vous aller rester… des employés. Nop! N’essayez pas de prendre ce que je viens de dire de travers. Il n’y a rien de péjoratif dans cette affirmation. Bien au contraire. Des employés, c’est la carte d’affaire d’une entreprise. C’est par eux que les clients trouvent réponses à leurs besoins, à leurs questionnements. Ces employés sont d’une importance capitale dans une entreprise. Vous êtes IMPORTANTS! Assurez-vous de la qualité de votre travail, demandez de la formation, continuez à apprendre, donnez des idées pour être plus efficace, être meilleurs et vous verrez que la reconnaissance viendra d’une manière ou d’une autre.

N’attendez jamais des compliments de votre patron! Ne vous attendez à rien! En passant, vous, en faites-vous des compliments à votre patron?

Mais, avec le “statue” d’employé, vient aussi des avantages et des inconvénients. Vous aller toujours vous faire dicter votre valeur! Vous ne gagnerez jamais plus que ce que votre patron peut ou veut vous donner. Êtes-vous prêts à assumer ce que vous êtes?

Pour conclure (parce qu’il le faut un moment donné) je veux terminer en essayant de défaire quelques faits et préjugés que certains employés peuvent avoir envers les employeurs.

– Ce n’est pas parce que vous ne voyez pas votre patron qu’il ne travaille pas. Si vous avez tous les outils pour travailler, s’il y a des commandes qui rentrent, c’est qu’il y a quelqu’un qui s’en est occupé.

– Un boss, ça travaille toujours! Matin et soir… et nuit! Il ne “dépunche” jamais.

– Aucun patron n’aime faire des mises à pied! Arrêtez de penser qu’ils font ça de gaieté et de coeur et que c’est pour s’en mettre plein les poches! S’ils mettent des gens à pied, pour eux, c’est un échec. La compagnie ne prospère pas comme ils veulent! Retroussez-vous les manches et offrez lui votre aide afin de trouver des solutions. Il se sentira moins seul et vous serez les premiers à être réengager s’il y a lieu. Ayez de la compassion même si ça ne règle pas votre problème d’emploi.

– Le pourcentage de mauvais patron et de mauvais employés est le même. C’est juste qu’il y a moins de patrons que d’employés. On les voit plus! Mais dites-vous que plusieurs employés passent par le trou du fromage et s’arrangent pour en faire le moins possible. Dommage pour vous qui devez compenser.

Voilà! J’ai hâte qu’au Québec, on favorise l’entrepreneuriat. J’ai hâte qu’on félicite et encourage ceux qui ont eu le courage de mettre leur tête sur le billot à tous les jours. J’ai hâte qu’on rende hommage à ceux qui créent des emplois par leurs idées, leur créativité, leur génie, leur dévouement et leur passion. J’ai hâte de voir notre Québec mettre au premier plan ces entrepreneurs qui réussissent à se faire une place dans ce monde aux changements rapides…trop rapides. J’ai hâte de voir, employeurs et employés, travailler ensemble afin de prospérer!

Un défi: Encourager ceux et celles qui ont des idées et qui veulent se partir en business! On essaie ça ensemble?

Voici quelques liens qui pourraient intéressés les futurs entrepreneurs:

Association des Centres locaux de développement du Québec

Fondation de l’entrepreneurship

Anges Québec

Sortir de sa zone de confort? Le défi est lancé!

Cette semaine je tombais sur cette image que le coach de vie Franck Nicolas avait postée sur Facebook.  Je me suis aussitôt emparé de cette citation. Elle est inspirante!

Sans vraiment réfléchir, je lance donc ce défi sur Twitter:

Capture d’écran 2013-04-06 à 15.41.04

Sans attendre, j’ai eu quelques questions:

– Comment ça fonctionne?

– C’est quoi ton truc? Une fois par semaine?

– Sortir de sa routine de vie? Dans son métier? Dans ses relations? Ou quoi d’autres? Bref, c’est quoi le contexte?

Ouin! Et pourquoi pas? Pourquoi ne pas lancer ce défi à nos collègues, amis, etc. Pourquoi ne pas sortir de notre zone de confort de temps en temps?

Il est clair que l’expression « sortir de sa zone de confort » ne veut pas dire la même chose pour chacun d’entre nous. Pour certains, c’est d’essayer une autre façon de faire au travail, c’est de porter une pièce de vêtement qui sort de l’ordinaire, c’est essayer un plat différent, un aliment différent, etc. et pour d’autres ça peut être aussi demander son chemin ou l’heure à un passant.

L’idée n’est pas de juger évidemment mais de pousser les gens à sortir de leur routine. Serons-nous assez disciplinés pour essayer ce défi au moins une fois par semaine? Une fois pas mois?

Sur Twitter, utilisons donc le mot-clic #Szoneconfo pour les prochaines semaines et encourageons ceux qui osent…!

Go! Le défi est lancé!

« O » Le Cirque du Soleil… ma fierté!

Mots-clés

, , , ,

Avant de commencer à lire, regardez ce qui suit…

Extrait d’un autre spectacle évidemment mais avez-vous vu ces artistes…? Wow! À couper le souffle!

Dimanche soir passé (3 mars 2013), j’ai eu l’honneur d’aller voir le spectacle « O » du Cirque du Soleil à Las Vegas dans le magnifique hôtel le Bellagio. On m’en avait parlé! On m’avait dit que c’était quelque chose, mais je dois vous l’avouer… j’ai versé quelques larmes! Ha non! Pas parce que c’était triste!

J’ai versé quelques larmes parce que je voyais, là devant moi, des artistes, des concepteurs, des techniciens, des dessinateurs, des costumiers, etc. travailler ensemble pour créer un chef-d’oeuvre. Lorsque la technique, la création et les artistes travaillent ensemble, tout est possible.

J’ai versé quelques larmes parce que j’ai vu des gens se dépasser. Et ils se dépassent 5 jours sur 7… DEUX shows par soir!

J’ai versé quelques larmes parce que j’avais le goût que certains de mes élèves voient ça! J’aurais voulu leur montrer ce qu’on peut faire avec de la pratique, de la motivation… avec le goût d’aller plus loin mais surtout, de leur montrer ce que l’on peut réussir lorsque l’on croit en l’être humain!

J’ai versé quelques larmes parce que, quelqu’un, quelque part, a dit à ces artistes: « Bûche! Continue! Tu vas l’avoir!!! » Parce que, quelqu’un, quelque part a cru en eux! Parce que, quelqu’un, quelque part, ne les a pas abandonnés!

Qu’attendons-nous pour en faire autant avec nos enfants? Avec nos élèves? Avec notre famille? Avec nos employés? Avec ceux qui nous entourent? Avec ceux que l’on dit « aimer »? Qui sommes-nous pour critiquer et décourager ceux et celles qui veulent plus? En quoi pouvons-nous être à ce point jaloux pour ainsi briser ce que l’être humain a de plus cher: le rêve?

Qu’attendons-nous pour les pousser plus haut? Plus loin? Qu’attendons-nous pour croire en eux? Leur donner la tape dont ils ont besoin? Combien de fois avez vous entendu dire (ou dit): « Tu veux te partir en business? Oufff! Eille ça c’est de l’ouvrage! » Malheureusement, cette dernière n’a, pour la plupart du temps, jamais eu de business! Elle n’a aucune idée de la fierté que l’on peut ressentir lorsque la business que nous avons créée prospère! Elle n’a aucune idée ce qu’est le feeling d’engager des employés, de les former, de les payer et de sentir qu’ils sont bien. Aujourd’hui, je vous le dis, si vous êtes ce genre à dire de sottises, taisez-vous et dirigez cette personne vers des gens qui savent de quoi ils parlent! Eux, seront de vrais mentors.

Combien de fois éteignez-vous l’étincelle dans les yeux d’un être qui vous est supposément cher en lui disant qu’il s’enligne vers quelque chose de « vraiment » difficile? Ha oui! Vous l’avez déjà essayé? Non! Pas du tout! Vous n’avais juste pas le culot et le courage de sortir de votre zone de confort! En fait, vous l’enviez! Lui, il a des rêves!

J’ai versé quelques larmes parce que l’humain, lorsqu’il veut, est capable de grandes choses! Est capable de belles choses!  Est capable d’aller plus loin, de se dépasser.

J’ai versé quelques larmes parce que certains de mes élèves (que j’ai eus et que j’ai) n’ont pas et n’auront pas cette chance d’avoir des alliés qui croient en eux.

J’ai versé quelques larmes parce que j’ai vu, ce dimanche, quelque chose de fantastique. Quelque chose qui dépasse ce qu’on peut attendre d’un spectacle. J’ai vu le génie humain…

Vous croyez que j’exagère!? Peut-être! La beauté dépend toujours des yeux qui regardent! Mais je suis certain de ne pas me tromper.

Ne vous inquiétez pas, je n’ai pas fait que pleurer 🙂 Bien au contraire! Toutes les émotions y étaient! « Aïe! Aïe! Aïe! » 🙂 Drôles! Éblouissants! Époustouflants! Des clowns, des acrobates, des nageuses et des nageurs, plongeuses et plongeurs, etc. tout était mis en place pour nous donner des frissons.

La musique! Les décors… les « changements » de décors! Tout se faisait en harmonie!

Quel chef-d’oeuvre!

On me disait que ce spectacle était en place depuis 1998!!! 15 ANS! N’attendez pas! Ça vaut vraiment la peine!

Avant de terminer, j’ai le goût de dire un petit mot sur Guy Laliberté! Nop! Je ne l’ai jamais rencontré! Cependant, si j’avais la chance de lui serrer la pince, c’est sûrement avec beaucoup d’émotions que je le féliciterais pour sa vision, son audace, sa détermination et son remarquable talent de s’entourer des meilleurs.

Qu’on l’aime ou non, on peut dire qu’il a changé le concept de « cirque »! On peut dire qu’il a mis sa tête sur le billot plus d’une fois. S’est-il déjà trompé? Bien sûr! Il y a même quelques spectacles qui n’existent malheureusement plus! Pas au bon endroit? Au bon moment? La conjoncture économique? Bah! Ça arrive en business! Mais il ne baisse pas les bras et à tous les jours, il s’entoure des meilleurs, les pousse, leur fait confiance. Je ne sais pas du tout comment il est en tant que patron, mais personne ne peut lui enlever ce qu’il a fait pour le monde du cirque, de la culture, pour le Québec.

Soyons donc fiers des réussites québécoises! Il y a beaucoup de Québécois qui sont expatriés à travers le monde pour monter ces spectacles. Ils sont plusieurs du Québec à travailler d’arrache pied pour arriver à un produit final exceptionnel! Ils sont devenus les meilleurs au monde dans leur discipline. Le Cirque du Soleil est maintenant une sommité dans son domaine.

Laissons donc notre égo de côté et encourageons le talent, l’audace, le courage… les RÊVES!

Allez voir ce spectacle avant qu’il soit trop tard et à tous les jours, poussez et encouragez nos jeunes afin qu’ils réussissent le leur!

Exercices de confinement: pour ou contre?

Mots-clés

, ,

Je viens de regarder le reportage au téléjournal de 18h00 (Montréal). Je trouve important de faire ce genre d’exercices. il faut cependant bien prendre le temps d’expliquer pourquoi on fait de tels exercices.

École PET -> Tous savent quoi faire! +1 / Si vous n’avez jamais fait un exercice de confinement, les élèves et même le personnel ne sauront pas quoi faire (plusieurs disent qu’il faut mettre des tables et des chaises devant la porte, ce qui n’est pas le cas dans le reportage, etc.). Il est évident que nous en avons déjà parlé en réunion du personnel mais aucune pratique ni même lors de journées pédagogiques où nous pourrions en profiter pendant que les enfants ne sont pas à l’école!

1 min 57 -> Vrai J’ai rapidement fait un survol des règles ou des chose à faire s’il y avait ce genre de situation aujourd’hui avec mes élèves (je ne peux pas vous cacher que l’épisode de 19-2 m’a fait réfléchir). Tous (Enfin je pense. Je n’ai pas fait passer d’examen à ce sujet) savaient quoi faire. Mais dans le concret?

La semaine dernière, à -40 degrés celcius, l’alarme de feu s’est fait entendre. Nous nous sommes regardés et les élèves (ainsi que le personnel) ont réagit de façon remarquable. On s’entend qu’à -40, ce n’était pas un exercice. Après avoir évaluer les lieux, les responsables de la sécurité en cas d’urgence nous ont dit que nous avions le temps de mettre nos manteaux. Mais une chose est claire: nous savions quoi faire!
3 min 10 -> C’est beau ma tite CSDM! Ça va bien ton affaire! « On a carrément refusé de nous expliqué l’approche préconisée ». C’est parce qu’il n’y en a pas. Hé bien là! J’aime mieux ne pas dire ce que je pense de leur réponse! Cependant, dans notre école, j’ai apporté le point au conseil d’établissement (CE) et au débriefing après notre -40. Les parents du CE ainsi que les profs n’étaient absolument pas contre. À suivre!
3 min 37 -> Pas si c’est bien expliqué… voir 4h05 Il ne faut pas non plus se mettre la tête dans le sable. Je pense que bien expliqué, tout se dit et tout se fait. En ayant la collaboration des parents, ceux-ci peuvent faire un retour à la maison ensuite et voir si tout a été compris. Personne ne sera contre des mesures de sécurité supplémentaires.
4 min 05 -> Voilà! 

*** La fin du reportage est importante***
« Même si les risques sont minimes… ils sont là pareil!

Cette dernière phrase est importante. Il ne faut pas attendre qu’un tel événement arrive! Il faut prévoir et bien le faire. Lors de notre sortie à -40, nous avons fait un retour sur l’heure du dîner. Le mot d’ordre: rassurer les enfants et s’il y avait des besoins (enfants qui n’arrêtent pas de pleurer, etc.), l’infirmière, la directrice et le psychoéducateur étaient là pour donner un coup de main.

Bravo à toute l’équipe école mais surtout aux enfants qui ont été des superstars!

Downton Abbey et la résistance aux changements! Cent ans plus tard, où en sommes nous?

Mots-clés

, ,

Hier soir, je me suis mis à regarder la très populaire série télévisée Downton Abbey disponible sur Tou.tv. 

Cette série raconte l’histoire d’une famille anglaise au début du XXe siècle. Mais quelle ne fut pas ma surprise d’entendre, à 32 min 30 et des poussières, (épisode 1) la mère du personnage principale se plaindre de la grande luminosité qu’offre le lustre donc, par la bande… l’électicité. À cette époque, l’électricité faisait tranquillement son entrée dans les foyers.

Il n’y a pas qu’au début du XXIe siècle que nous avons de la difficulté à intégrer les nouvelles technologies. Cent ans plus tard, nous en sommes au même point! Triste!

Nous savons tous que les nouvelles technologies ont leurs avantages et inconvénients. Nous savons aussi qu’elles peuvent aider à propager les bonnes nouvelles comme alimenter les nouvelles quotidiennes de nos réseaux de télévision.

Tout est une questions d’équilibre!

Pourrions-nous nous passer d’électricité aujourd’hui? Non! Évidemment! Alors pourquoi toujours cette résistance à ce qui est nouveau? La peur de l’inconnu?

Bon visionnement!